Yves Montant :  » Cyracuse  » … Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

« Yves Montant »

 

«  Syracuse »

 

Très belle reprise de la chanson d’Henry Salvador …

Syracuse

J’aimerais tant voir Syracuse
L’île de Pâques et Kairouan
Et les grands oiseaux qui s’amusent
À glisser l’aile sous le vent

Voir les jardins de Babylone
Et le palais du grand Lama
Rêver des amants de Vérone
Au sommet du Fuji-Yama

Voir le pays du matin calme
Aller pêcher au cormoran
Et m’enivrer de vin de palme
En écoutant chanter le vent

Avant que ma jeunesse s’use
Et que mes printemps soient partis
J’aimerais tant voir Syracuse
Pour m’en souvenir à Paris

Syracuse
Syracuse
Syracuse
Syracuse
Syracuse

Paroliers : Bernard Georges Lucide Dimey / Henri Gabriel Salvador

Paroles de Syracuse © Salvador Henri Editions Musicales

Bon partage !

 

Rotpier

Publié dans Les chansons et les musiques que j'aime | Tagué , , | 3 commentaires

Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de … Rotpier

 

Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)

 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri … même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)

 
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
 

« Le rire est le propre de l’Homme »

Rabelais ( Pantagruel )

Image du net

 » Le rire est le propre de l’Homme, ce qui n’empêche pas de se laver un peu de temps en temps. « 

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le dicton de présentation :

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

N’ ayant pas de voisine à portée de langue ……………………………

.

Collusion Zemmour – Jean-Marie Le Pen

.

 Zemmour Le Pen (1)

Zemmour Le Pen (2)

Zemmour Le Pen (3)

 

 

 

 

 

 

Èpicétout pour aujourd’hui !

 

 

 

Voila, c’est terminé !

 

Et comme on dit à Amsterdam :

 Un café, un joint mais pas d’addiction SVP !

 

Publié dans Humour, L'actualité vue par le Rotpier, Pensées, Politique | Tagué , , , , , | 6 commentaires

Le long poème du jour :  » Tailler la route,  » ou  » Le long périple Rabelaisien,  » de … Rotpier

Petit (assez long ! ) souvenir de vacances au Pays de Rabelais…

Tailler la route

Tailler la route,

ou

Le long périple Rabelaisien,

 

A la suite d’un gros chagrin

– on m’avait volé mes lapins ! –

sac à dos j’ai taillé la route

avec mon chien rempli de doute.

 

Ne vous méprenez pas c’est moi

qui était en plein désarroi

mon chien lui avait la patate

pas de problème de prostate !

 

Je vous rassure moi non plus

même si ce n’est pas exclu

qu’un jour j’aie des incontinences

pour l’instant je tiens la distance !

 

Je vais vous confier un secret

la chapardeuse était tout près

une femme au trois quarts manouche

qui avait partagé ma couche !

 

Il faut être vraiment crétin

pour partager sans savoir rien

son lit avec une inconnue

rencontrée un soir dans la rue.

 

Elle était experte en amour

mais au matin au petit jour

plus de lapins plus de gitane

et plus non plus de caravane !

 

Elle avait vidé mes clapiers

aidée par plusieurs équipiers

plus de lapins plus de lapines

totale et complète rapine !

 

Un sacré retour de bâton

alors mon chien sur les talons

je suis parti pour un périple

jonché de surprises multiples.

 

Sur les traces de Rabelais

et partant du bourg de Benais

je quittais pour trois mois ma ferme

la confiant à Vincent Delerm.

 

Pourquoi lui et pas son cousin

me direz-vous mine de rien :

je lui trouve beaucoup de classe

il n’est pas fier et ça le classe.

 

Son père n’était pas dispo

il s’occupait du goût des mots

sinon il aurait fait l’affaire

ils ont tous deux du savoir faire !

 

  Et le périple commença …

 

Une vigneronne à Bourgueil

qui prenait le frais sur le seuil

de sa maison ma foi coquette

m’a paru pour le moins pompette.

 

Elle m’a dit : « Viens boire une coup !

mon bonhomme il a mis les bouts

avec la voisine d’en face

une redoutable poufiasse ! »

  

J’ai bien mangé et j’ai bien bu

mais quand elle m’a dit : « Veux-tu

que l’on fasse des galipettes ? »

j’ai vite repris ma musette !

 

Je suis arrivé à Chinon

et j’ai squatté un cabanon

abandonné en bord de Vienne

qui n’avait plus qu’une persienne !

  

Il a vraiment plu à mon chien

même quand je lui disais : « Viens ! »

je voyais qu’il faisait la tête

et c’est moi qui restait tout bête !

 

Une chienne est venue un jour

elle cherchait le grand amour

mon chien l’a très vite séduite

pour la laisser tomber ensuite !

 

Je suis passé chez le coiffeur

car j’avais la tignasse en fleur

il m’a dit : « C’est vraiment dommage

la mode n’est plus au crêpage ! 

 

J’avais appelé mon salon :

« Au bon crêpage de Chinon »

les femmes et les demoiselles

venaient chez moi pour être belles !

 

Elles se battaient pour entrer

on voyait les jupons voler

c’était un spectacle grandiose :

volées de coups et ecchymoses !

 

Il y avait des spectateurs

moitié sportifs moitié voyeurs

je louais tabourets et chaises

aux plus vieux pour qu’ils soient à l’aise !

 

Je me suis fait un tas de fric

il y avait même des flics

qui se délectaient du spectacle

portant ces combats au pinacle !

 

Mais un gradé a tout gâché

un vieux barbon tout desséché

il m’a fait fermer la boutique

en jubilant comme un sadique !

 

Un matin j’ai dit à mon chien :

« Allez on reprend le chemin ! »

et on a traversé Avoine

sans y rencontrer un seul moine.

 

Nous avons fait un grand détour

pour passer loin des alentours

de la centrale nucléaire

allongeant notre itinéraire.

 

Ce n’est pas que l’on avait peur

de son nuage de vapeur

mais l’atome ça fout les boules

on s’est barré : roule ma poule !

 

On est passé à Parilly

à petits pas c’était la nuit

nous avions raté Saint-Lazare

cela nous a paru bizarre !

 

A Seilly nous avons croisé

des moutons avec leur berger

qui n’étaient pas ceux de Panurge

évoqués par le grand démiurge !

 

N’empêche que ledit berger

avait un air de Rabelais

comme lui l’amour de la treille

du vin de la dive bouteille !

 

Il m’a dit viens boire un canon

j’ai ma réserve de chinon

et ce n’est pas de la bibine

ça vient droit de chez ma cousine.

 

Elle est de Cravant-les-Coteaux

son mari connaît son boulot

qui sait s’occuper de la vigne

et d’elle aussi je le souligne !

 

Et on s’est mis à picoler

en mangeant un petit pâté

de lapin cuit à la terrine

entre deux séances d’urine !

 

Quand on boit il faut évacuer

il faut bien la vessie vider

ça rentre dans l’ordre des choses

vous partagez je le suppose ?

 

Pendant ces agapes mon chien

était devenu bon copain

avec ceux tout poilus du pâtre

dont un qui avait une emplâtre.

 

Après deux jours à dessoûler

on est reparti vers Ligré

le dolmen situé dans la plaine

s’ennuyait de façon certaine.

 

Il était content de nous voir

comme il commençait à pleuvoir

nous avons accepté son offre

d’hébergement en catastrophe !

 

On a dormi vachement bien

à l’abri sans rites païens

ni barbarie ni sacrifice

pas de trace de maléfice !

 

On est passé trois jours plus tard

sur le pont de l’Ile-Bouchard

quand nous avons suivi la Vienne

se sont refermées les persiennes !

 

L’accueil n’était pas chaleureux

on n’aime pas ici les gueux

qui ont une drôle d’allure

souliers usés et grands galures !

 

Heureusement un vieux curé

nous a aussitôt hébergé

dans son vaste et beau presbytère

alors qu’on nous lançait des pierres !

 

Sa bonne nous a préparé

un bon repas au pied levé

pas arrosé au vin de messe

mais au chinon je le confesse !

 

Un curé comme on en fait plus

en soutane et marchant pieds nus

très attentionné pour ses ouailles

ne recherchant pas les médailles !

 

Bon vivant et même un peu plus

aussitôt porté sur le « tu »

il m’a raconté des histoires

plutôt scabreuses c’est notoire !

 

Quelques secrets de confession

sans révéler le moindre nom

par soucis de délicatesse

mais il était question de fesses !

 

La vieille bonne souriait

bien appuyée sur son balai

connaissant sans le moindre doute

tous ces secrets… oh ! La filoute !

 

Plus jeune elle avait sûrement

eu un sacré tempérament

pas du genre à se faire nonne

le curé l’avait à la bonne !

 

Croquer la pomme en ce temps là

pour un curé pas de tracas

petite entorse aux évangiles

bien mieux que d’être pédophile !

 

Mon chien et moi sommes restés

bien plus longtemps qu’envisagé

jusqu’à ce que des paroissiennes

jettent des cailloux aux persiennes !

 

Le curé n’allait plus les voir

occupé du matin au soir

à me raconter les fredaines

de la femme d’un capitaine !

 

Elle avait essayé en vain

de séduire le sacristain

elle se trouva toute bête

quand il lui dit : « J’suis d’la jaquette ! »

 

Elle s’est rabattue sur moi

j’ai refusé comme il se doit

mais elle avait de la constance :

j’ai succombé aux circonstances !

 

Nous sommes partis une nuit

pour éviter les gros ennuis

mon chien devant et moi derrière

nous avons franchi des barrières.

 

Nous sommes passés par Roncé

et avons vu le pigeonnier

nous avons traversé des vignes

et rencontré des gens très dignes.

 

Nous avons abordé Panzoult

par les étangs et pour le coup

une nuée d’évangélistes

avait squatté toutes les pistes !

 

Nous avons évité l’endroit

et sommes partis vers les bois

où nous avons trouvé très vite

un abri dans les troglodytes.

 

Il y en a énormément

dans la région c’est très courant

comme celui de la Sibylle

que Rabelais brosse avec style.

 

D’ailleurs nous y sommes allés

nous avons vu un vieux balai

abandonné depuis des lustres

mais rien de la voyante illustre !

 

En dessous le Moulin Girault

et son étang aux calmes eaux

formait un spectacle admirable

d’une beauté inoubliable.

 

La cave étant à quelques pas

nous y sommes allés ma foi

mon chien faisait un peu la tête

pas moi car c’était jour de fête !

 

J’ai goûté et j’ai regoûté

du Chinon clair et du corsé

au point d’être à la fin pompette

bon à ramener en brouette !

 

On m’a soigné et hébergé

mon chien était bien rassuré

on nous a bien rempli la panse

des braves gens qu’en on y pense !

 

Puis notre périple a repris

tranquillement et sans ennui

jusqu’aux abords de Rivarennes

en passant par une fontaine.

 

Un endroit sympa et peinard

pour nous délasser les panards

nous y avons planté la tente

pour nous reposer sans attente.

 

Nous étions frais comme gardons

nous avons croisé sur le pont

une vieille femme ridée

pire qu’une poire tapée !

 

Fort sympathique au demeurant

elle a trouvé mon chien marrant

bien sûr il lui a fait la fête :

un vrai cabotin cette bête !

 

Et elle nous a invités

à partager son déjeuner

elle avait fait une blanquette

un vrai régal dans les assiettes !

 

Après tous nos remerciements

et un au revoir au tournant

nous avons repris le voyage

par des chemins sans balisage.

 

En arrivant à Restigné

nous avons été désignés

comme voyageurs de l’année

lors d’une homérique veillée !

 

Le Bourgueil a coulé à flot

en méchoui y avait deux agneaux

en déssert des poires tapées

quelle épopée quelle épopée !

 

Nous sommes restés quelques jours

mon chien a aimé le séjour

passant son temps avec des chiennes

qu’en moins de deux il faisait siennes !

 

Mais il était temps de rentrer

de boucler la boucle à Benais

de retrouver enfin ma ferme

et remercier Vincent Delerm.

 

Il m’attendait sur le perron

sans la vipère du Gabon

disant qu’il avait des idées

sur les piqures d’araignées !

 

J’avais pris soif sur le chemin

il m’a offert une Jenlain

j’ai apprécié comme son père

la première gorgée de bière !

 

Je l’ai remercié chaudement

d’avoir gardé mes bâtiments

mes cochons mes oies et mes poules

il m’a dit « T’inquiète ça roule ! »

 

Pour que tout se finisse bien

j’ai acheté douze lapins

un fusil et plein de cartouches :

« Passez au loin femmes manouches ! »

 

            Terminaison :

Je ne sais pas si Rabelais

aurait aimé ce long ballet

de strophes un peu chaotiques

lui le chantre du fantastique.

 

J’espère que vous avez ri

ou qu’au moins vous avez souri

car comme disait le bonhomme

« Le rire est le propre de l’homme. »

 

 Pour ma part, je propose ces adages :

 

« Qui ne rit pas est déjà mort

et dans sa tête et dans son corps

à quoi sert de vivre en ascète

à peine plus gai qu’un squelette ! »

 

« On ne peut pas rire de tout

mais comme disait un Bantou

tout souriant et débonnaire :

 il est bien cuit le missionnaire ! »

  

                                                        Rotpier

Rabelais en berge 2

Montage personnel à partir d’images du net !

Publié dans Non classé | 8 commentaires

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de … Rotpier !

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d’avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d’un grand sourire à venir ! 

.

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | 2 commentaires

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d’un et c’est toujours cadeau !

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

Observation : 

Le premier est recyclé, le second est tout frais ! Date de fraîcheur garantie : c’est un engagement du Rotpier  😉😊😄

Petite aide au rébus

(les champions s’en passeront !) :

C’est un rébus très court, vous allez le déchiffrer les doigts dans le nez, ce qui n’est pas très beau d’ailleurs !

1ère ligne, 1ère image :      » – – –  » est ce personnage ? 3ème image : produit du vers du mûrier ! 4ème image : ce n’est pas la nuit ! ( l’autre aussi ! ) Dernière image : la moitié de la marque … si vous ne trouvez pas, ça va saigner !

2ème ligne, 1ère image : une fleur symbole de la royauté !

4ème ligne, 3ème image : le verbe  » aller  » à l’impératif !

5ème ligne, 2ème image : le mec a une sacrée  »  – – – – –  » !

Dernière ligne, dernière image : c’est l’arme qu’il faut retenir !

  Et pis c’est tout mes loulous !

Réponse :

Qu’il soit journaliste ou pas, un gigolo travaille toujours en free-lance !

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

C’est un rébus de chaude actualité !

 😂

rebus 715 (1)

rebus 715 (2)

rebus 715 (3)

Le début est tout à fait véridique, le reste moins !

Bon déchiffrage et vous n’êtes pas obligé de courir !   😄 

Réponse :

Quand j’étais jeune, j’ai été six ans enfant de cœur sous trois curés différents sans me faire violer. Je ne sais pas si c’est parce que je n’étais pas beau du tout ou si c’est parce que je courais très vite !

 

Qu’il dit l’animal ! 

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | 9 commentaires

Françoise Hardy : « L’amitié  » … Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

« Françoise Hardy »

 

«  L’amitié »

 

Puisque de nos jours elle est devenue une denrée assez rare

… pas Françoise Hardy mais l’amitié …

L’amitié

Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
Avec soleil et pluie comme simple bagage
Ils ont fait la saison des amitiés sincères
La plus belle saison des quatre de la Terre

Ils ont cette douceur des plus beaux paysages
Et la fidélité des oiseaux de passage
Dans leurs cœurs est gravée une infinie tendresse
Mais parfois, dans leurs yeux, se glisse la tristesse
Alors, ils viennent se chauffer chez moi
Et toi aussi, tu viendras

Tu pourras repartir au fin fond des nuages
Et de nouveau sourire à bien d’autres visages
Donner autour de toi un peu de ta tendresse
Lorsqu’un autre voudra te cacher sa tristesse

Comme l’on ne sait pas ce que la vie nous donne
Il se peut qu’à mon tour je ne sois plus personne
S’il me reste un ami qui vraiment me comprenne
J’oublierai à la fois mes larmes et mes peines
Alors, peut-être, je viendrai chez toi
Chauffer mon cœur à ton bois

Bon partage !

 

Rotpier

Publié dans Les chansons et les musiques que j'aime | Tagué , , | 4 commentaires

Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de … Rotpier

Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)

 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri … même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)

 
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
 

« Le rire est le propre de l’Homme »

Rabelais ( Pantagruel )

Image du net

 » Le rire est le propre de l’Homme, ce qui n’empêche pas de se laver un peu de temps en temps. « 

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le dicton de présentation :

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

N’ ayant pas de voisine à portée de langue ……………………………

.

1ère connerie

 La vie n’est pas simple quand même…

 Ah ! Si seulement j’avais des talents d’écriture ! Des idées, j’en ai et même un peu trop, elles mènent joyeuse sarabande dans ma pauvre tête. Il faut que je me pose pour les calmer un peu et éviter de vilaines céphalées.

Vous le voyez la vie n’est pas simple tous les jours pour moi et je ne parle même pas des nuits.

Tenez, il y a quelques jours, je devrais dire quelques nuits, deux récits se télescopaient  dans mon crâne : le roman fleuve en sept tomes de Marcel Proust « A la recherche du temps perdu » et « Le vieil homme et la mer » d’Ernest Hemingway.

Deux sujets et deux univers aux antipodes l’un de l’autre, vous en conviendrez aisément.

Et bien, chez moi, tout se mélangeait ! Les madeleines, Swan, Guermantes, les jeunes filles en fleurs, Albertine, les bottines d’Albertine, les vilains Sarrazins, Santiago, Manolin, Cuba, Castro, le Gulf Stream, l’énorme marlin, le petit thon en appât, la barque, les canes à pêche … Bref, l’imbroglio total, l’amphigouri garanti, l’embrouillamini maxi !

Au matin, j’avais la calebasse à marée basse ! Je ne savais plus où mon esprit avait dérivé toute la nuit entraîné par un courant marin sans fin et sans marlin !

Après un grand bol de café noir et deux aspirines, j’avais décidé d’écrire un roman synthétisant les deux histoires et les deux univers que j’intitulerais : « A la recherche du thon perdu » ;

Cela fait déjà plusieurs mois de cela et je n’ai toujours que le titre en tête en tout et pour tout !

Tous les matins, je rêvasse devant mon bol de café en trempant machinalement des madeleines dedans mais cela ne va pas plus loin.

Ma vie est quand même compliquée pour un simple profane, je l’avoue. Si seulement j’avais le don de bien écrire car, j’en suis persuadé : je suis digne d’un don … complètement.

Bon, d’autre part, est-ce que je ne ferais pas d’ombre aux jeunes filles en fleurs au point qu’elles aillent se faire déflorer par les premiers marins qui passent, qu’ils soient de Hambourg ou d’ailleurs, qu’ils pissent ou pas sur les femmes sans cervelle, le nez au ciel et la tête dans les étoiles …
Ah! Comme tout cela est compliqué quand même … Je sens déjà une céphalée qui monte, qui monte … vite, deux aspirines ma cousine !

 

Le Rotpier

 

xxxxxxxxxxxxxx

 

2ème connerie :

J’ai lu que pour être certifié ISO 9001, il fallait passer des audits internes.
Ayant eu, quand j’étais petit, plusieurs otites internes, je ne dois pas être loin d’être certifié ISO 9001…  qu’en pensez-vous ?
Ce serait une reconnaissance de qualité qui rendrait mes détracteurs fous de rage !
Ils n’auraient plus qu’à la mettre en sourdine en maugréant !
Ah ! Que cela me plairait bien ! Je vois d’ici leurs têtes déconfites !

 

Le Rotpier

 

Nota pour ceux qui ne connaissent pas la norme ISO 9001 : https://fr.wikipedia.org/wiki/ISO_9001

Ne suis-je pas un grand vulgarisateur ?

Èpicétout pour aujourd’hui !

Voila, c’est terminé !

 

Et comme on dit à Amsterdam :

 Un café, un joint mais pas d’addiction SVP !

Publié dans Humour, Pensées | Tagué , , | 8 commentaires

Pour faire écho au rapport Sauvé :  » Tu le diras un jour  » … un poème encore et toujours de circonstance de Pierre

Ce poème a 18 ans et je l’ai déjà mis plusieurs fois. Il n’a – hélas ! – pas pris une ride.

Aujourd’hui, c’est la publication du rapport Sauvé qui me fais le remettre :

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/pedocriminalite-dans-l-eglise-seisme-attendu-avec-le-rapport-sauve-20211005

 Pierre

 Image du net modifiée par moi-même

.

Tu le diras un jour …

 

Neuf ans,

tu avais neuf ans.

Lui ?  Quarante… à peu près.

Il t’en imposait

…il en imposait à tout le monde !

Il était l’autorité reconnue.

Reconnu de tous.

Ne pas lui obéir ? Personne n’osait !

Toi, plus que tout autre.

Toi le timide, le respectueux, le presque soumis.

Oh ! il avait soigneusement choisi !

Il avait de l’expérience: la science de l’infamie !

 

Des bruits avaient bien circulé …

mais il en circule tant… des bruits !

Et puis … si gentil, si près des enfants !

Lui, l’organisateur des veillées,

 des ballades, des feux de camp,

des sorties, des colos,

des voyages en bateau

 et toujours le bon mot !

Si serviable, si près des enfants …

Trop près !

Beaucoup trop près !

 

 

Avec ta naïveté et ta timidité,

 tu n’avais rien vu venir.

Tu n’avais pas vu l’étau se resserrer,

l’étau dégoûtant de ses bras se resserrer !

Et … c’était arrivé.

Après … des promesses ! … des menaces !

Trois fois il a recommencé !

Puis il a vu – il a su ! – que tu allais craquer.

Alors, doucement, perfidement, il a battu en retraite.

Il a continué les promesses … les menaces

… beaucoup plus les menaces !

Mentalement, il t’a bâillonné,

il t’a mis dans sa nasse !

Comme d’autres … comme beaucoup d’autres !

 

Puis, le temps a passé mais … rien ne s’est effacé !

Image claire et nette dans ta mémoire

qui remonte certains soirs

… certains soirs un peu plus noirs.

Tout est près à resurgir ! Il suffirait d’un déclic,

d’un fait plus fort que les autres

… un procès ?

Une lecture sur le sujet ?

Une émission de télé ?

ou bien tout simplement … l’amour !

 L’amour et toute la confiance en une femme,

pour qu’enfin tu parles, que tu dises,

que tu accuses le maudit, l’infâme !

 

Le calculateur !

Le manipulateur !

Le maître chanteur !

Le persécuteur !

L’abject prédateur !

 

Et d’autres suivront !

Oui ! D’autres suivront !

Et vous  éviterez que nuise encore le scélérat

… l’ignoble ordure qui t’a fait ça !

  

                                                   Pierre Dupuis

Publié dans L'actualité vue par le Rotpier, Poésie | Tagué , , , | 10 commentaires

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de … Rotpier !

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d’avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d’un grand sourire à venir ! 

.

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | 2 commentaires

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Trois pour le prix d’un et c’est toujours cadeau !

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

Observation : 

Le premier est recyclé, le second et le troisième sont tout frais ! Date de fraîcheur garantie : c’est un engagement du Rotpier  😉😊😄

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Petite aide au rébus

(les champions s’en passeront !) :

Il est un peu tordu … comme le Rotpier !  ( 2 jeux de mots ! )

1ère ligne, 2ème image : elle tombe ! Dernière image : quand on meurt, elle s’envole parait-il ?

2ème ligne : l’articulation entre le  » M  » et le  » L  » n’est pas très facile … j’ai aimé vous le signaler !

3ème ligne, 2ème image et en direct :  » bi  » !

4ème ligne, 2ème image : objet servant un tromper, ici c’est un poisson carnassier qui le sera ! 

6ème ligne, 1ère image : attention, passage de   »  – – – – –  »  ( pas comme dans mes rébus hein ! ) 2ème image : synonyme de « reluquer » conjugué au présent de l’indicatif !  

7ème ligne, 1ère image et en direct :  » ti  » ! 4ème image : le mec a une sacrée  »  – – – –  » … et pis c’est tout !

8ème ligne, 1ère image :le mec a une sacrée  » – – – –  »  … et pis c’est tout !

9ème ligne, 2ème image :  » – – –  » est ce personnage ?

10ème ligne, 2ème image : des poches de   » – – – –  » pour sauver des vies ! 

11ème ligne, 2ème image: le petit ramoneur est tout  »  – – – –  » !

Et pis c’est tout !  

A vous de jouer ! Après, vous pourrez aller à la messe voir si vous en voyez, encore qu’elles se font de plus en plus rares ! N’oubliez pas d’aller à confesse, vous en avez certainement nécessité ! Je termine et j’y vais directement ! 

Réponse :

Je n’ai jamais aimé les bigotes et leurs chapelets. Mon vieux matou, un brave minou pas pelé du tout, acquiesce mais je sens bien que ça lui fout les boules !

 

     Nota: Les jeux de mots :  » chapelet  »  et  » chat pelé »   +  « acquiesce  » et  » boules  »  … vous m’avez bien entendu ou vous avez oublié de les enlever ? 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

C’est un rébus court et pas trop cochon !

 😂

rebus 713 (1)

rebus 713 (2)

Bon déchiffrage !   😄

Réponse :

Qui vivra verra : c’est la devise des petits cochons pour en devenir des gros !

 

xxxxxxxxxxxxxxx

Comme ils sont très courts, je vous en offre un troisième en bonus-bis et toujours sans aide  pour  les accros !

C’est un rébus que certains trouveront débile et d’autres poétique : à chacun sa tasse de thé !

 😂

          Juste une indication : 3èmeligne, 3ème image : Cupidon est le dieu de l’  – – – – – !  ( J’ai entendu dire que des femmes se faisaient siliconer pour avoir des fesses rebondies et que leur surnom étaient:  » Les culs bidons  » ! Je ne sais pas si c’est vrai mais il s’agit d’une toute autre histoire ! )

rebus 714 (1) 

rebus 714 (2)

Bon déchiffrage et buvez ce qu’il vous plait !   😄 

Réponse :

Je m’interroge : est-ce qu’une vache amoureuse d’un pivert donne du lait-menthe ?

xxxxxxxxxxxxxxx

Qu’il dit l’animal ! 

 

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | 4 commentaires