Brocanteurs, brocantes et foires à tout … le long poème du jour: « Le broc, » de … Pierre

 

Je suis un visiteur assidu des brocantes, foires à tout, vide greniers, réderies et autres. J’aime beaucoup leur atmosphère particulière et très pittoresque.

J’ai décidé, aujourd’hui, de vous brosser le portrait d’un brocanteur imaginaire issu de mes observations … une sorte de clone d’un ensemble de personnages rencontrés au hasard de mes pérégrinations.

 Pierre Dupuis

 Brocante camionette

Brocante 2

Images du net

 

       Préambule :

Je vais vous brosser le portrait

de quelqu’un de très atypique

et dont peut-être une réplique

vous est connue … à un poil près !

 

Pas trait pour trait exactement

mais une grande ressemblance,

qui ferait dire sans errance :

« C’est lui indubitablement ! »

          

         Le poème:

Le broc,

 

Il était arrivé très tôt,

plus près de cinq que de six plombes,

de sa camionnette archicomble

il avait sortit les tréteaux.

 

Puis les tables et le barnum

aidé par un tout petit homme

coiffé d’un vieux chapeau difforme

sorti droit du capharnaüm !

 

Avec un incroyable allant

tout fut étalé sur les tables

dans un désordre inimitable

à deux doigts d’être du talent !

 

Cela débordait de partout,

il y avait là pêle-mêle

un râteau sans manche et trois pelles

des assiettes et des faitouts.

 

Un crucifix, des chapelets,

des écharpes et des dentelles,

un accordéon sans bretelle

et un portrait de chat pelé.

 

Un rasoir et son affûtoir,

un encrier en porcelaine,

quatorze pelotes de laine,

une truelle et un plantoir.

 

Une collection de tableaux

avec de vagues signatures,

une bassine à confiture,

une vielle ancre et un hublot.

 

Une poussette et un poussah,

un beau vase signé Lalique,

une étagère métallique

et un petit harmonica.

 

Pas de portrait de Monica

mais un beau râtelier à pipe,

un gros bouquin traitant d’Œdipe,

une boite à tapioca.

 

Quatre Tintin et un Titeuf,

six coquetiers avec soucoupes,

un coupe papier, une loupe

et un rideau pour œil de bœuf.

 

Des chiffons en veux-tu voila :

des robes et de lourds corsages,

des dessous de femmes pas sages

adeptes du grand tralala !

 

 

Un urinoir, un plat bassin,

un masque à gaz sans cartouche,

un éventail et des babouches,

un casque lourd de fantassin !

 

Une faucille et un croissant,

une pierre à faux dans sa corne,

un pendentif du capricorne,

trois bracelets fluorescents !

 

Une énorme pince à castrer,

un trocart de vétérinaire,

des poèmes d’Apollinaire,

un petit spot à encastrer !

 

Deux panetons de boulanger,

un gros chalumeau à propane

avec son tuyau et trois pannes,

un panneau « Attention danger ! » !

 

Une belle canne à pommeau,

des dominos et des béquilles,

un jeu de boules, un jeu de quilles,

un tablier et un plumeau !

 

Un lot de fers à repasser,

un napperon de table basse,

un bel archer de contrebasse

et un tapis fort encrassé !

 

Deux vieux chandeliers en étain,

une plaque de cheminée,

une perruque chiffonnée

pendant à un miroir sans tain !

 

Un cor de chasse sans embout,

un saxo et une trompette,

un piège à loup, une tapette

et un masque de marabout !

 

 Un fusil et trois pistolets,

un sabre de cavalerie,

tout un lot de verroterie,

un baigneur désarticulé.

 

Trois tabourets et un hamac,

un tonneau avec tous ses cercles,

un pot de chambre sans couvercle,

une poupée gonflable en vrac.

 

Un vieil appareil à photo

avec son soufflet hors d’usage,

une batterie d’arrosage,

un téléphone à magnéto.

 

Une tête de mannequin

avec la moitié de son buste

à la poitrine très robuste

posée sur un tas de bouquins.

 

Des Larousse et des Robert

 (  cela faisait vraiment la paire ! )

« L’essai sur les mœurs » de Voltaire

et « La Bovary » de Flaubert.

 

Un uniforme de troupier

sans boutons mais … je vais me taire !

J’arrête-là mon inventaire

pour ne pas vous casser les pieds !

 

Un citoyen haut en couleur

… je parle de mon personnage

un peu plus vieux qu’entre deux âges,

plutôt taiseux que bateleur !

 

Un fin foulard autour du cou

juste pour protéger la gorge

et à la manière de Georges

une pipe de très bon goût.

  

Belle moustache et cheveux longs

coiffés d’un grand chapeau de feutre,

veste et pantalon des plus neutres,

souliers aux solides talons.

 

Des déplacements mesurés :

aucune fatigue inutile !

Pour résister il est utile

de savoir s’économiser !

 

Même chose pour le crachoir :

il préférait fermer sa bouche

pour écouter en fine mouche

et coller ça sous son mouchoir !

 

Regard profond, inquisiteur,

jusqu’à mettre un peu mal à l’aise,

puis le sourire qui apaise :

une performance d’acteur !

 

Il connaissait à fond le jeu,

mine de rien fin psychologue

ne démarrant un vrai dialogue

que quand il sentait un enjeu.

 

En bon et véritable broc

il fit le tour de la brocante

en se gratouillant les baccantes

devant un lustre et deux pébrocs !

 

Après les avoir marchandés

et obtenus de main de maître,

laissant un sourire apparaître

il alla se prendre un café.

 

S’installant confortablement

dans un fauteuil de toile épaisse

qui prenait bien soin de ses fesses

il attendit tranquillement.

   

Et ce fut le grand défilé,

une foule très bigarrée,

contacts francs ou simagrées

ponctués de propos éculés.

 

Dessous le masque il y avait

une jubilation palpable,

une maîtrise incontestable

quand il disait vrai ou mentait !

 

Pas de mensonges éhontés,

juste des arguments de vente

sans circonstances aggravantes :

du naturel sans coup monté !

 

Connaissant par cœur le chaland,

ses marottes, ses habitudes,

il flairait avec promptitude

le bon ou le mauvais client !

 

Parfois il tombait sur un bec :

un spécialiste de la chine !

La joute devenait divine,

valant son pesant de kopecks !

 

Cela se passait souvent bien

sans que l’un d’eux ne se chiffonne,

pas plus qu’il ne se déboutonne :

ils négociaient au prix moyen !

 

La journée se passa ainsi,

plus ou moins bien coté affaires

mais il n’en avait rien à faire

qu’il soit debout ou bien assis !

 

Il était là pour le plaisir,

pas du tout pour faire fortune,

il possédait assez de thunes

mais il aimait jouer au chiftir !

  

Quand il n’y eut plus de chaland

et aidé par le petit homme

qui sortait tout juste d’un somme

il remballa le bataclan !

 

Poignées de mains aux alentours :

on se connaît dans les brocantes !

 Avec ou sans belles baccantes

on se souhaite un bon retour !

 

« A la prochaine les amis !

Si vous trouvez un gramophone

ne le refourguez à personne

sans que je ne l’ai vu … promis ?

 

Si vous croisez l’ami Pierrot,

dite-lui bien que j’ai sa table,

ce con a changé de portable

sans me filer son numéro ! 

 

Allez salut, gaffe aux poulets !

Avec eux pas de marchandage,

souvenez-vous du vieil adage :

« Profil bas et pas de caquet ! »

 

 

                     Epilogue :

 

Je vous ai brossé ce portrait

en utilisant ma mémoire

comme on sort d’une vieille armoire

des souvenirs plus ou moins frais.

 

Morceaux pris de bric et de broc,

formant un tout : ce personnage !

Ai-je réussi mon clonage ?

Ai-je bien enfanté mon broc ?

 

Ne me lorgnez pas de travers,

ce n’est le portrait de personne,

c’est bâti pour que juste sonne

cet inventaire à la Prévert !

 

Mais néanmoins … mais néanmoins,

si vous fréquentez les brocantes

et que vous croisez des baccantes

…  c’est peut-être votre voisin !

 

Et si ce n’est pas aujourd’hui,

je suis certain qu’un jour ou l’autre

vous avez croisé cet apôtre

ou bien quelqu’un proche de lui !

 

 

                                                      Pierre Dupuis

 

Brocante

Image du net

 

Publicités

A propos Pierre

Professeur à la retraite
Cet article, publié dans Poésie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Brocanteurs, brocantes et foires à tout … le long poème du jour: « Le broc, » de … Pierre

  1. Bernadette dit :

    C’est vrai que voilà un inventaire assez complet et détaillé.
    Mais n’est-ce point la camionnette de Louis la Brocante? Je pense bien…
    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s