Rébus : réponse au petit rébus dominical de … Rotpier !

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d’avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

Et pis c'est tout Rotpier

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Le petit rébus dominical de … Rotpier !

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

Petite aide au rébus

(les champions s’en passeront !) :

   C’est une mise au point importante du Rotpier concernant une personnalité disparue ! 

1ère ligne,   1ère image :  le serpent fait   » s  » ou « se « , c’est selon son humeur ( les autres aussi ! )  3ème image :  » – – –  » est ce personnage ?  ( l’autre aussi ! )

3ème ligne, dernière image : l’assasin   » – – –  » au présent de indicatif !

5ème ligne, 2ème image : une   » – – –  » vue du haut d’un balcon !

6ème ligne, 1ère image :  »  – – –  » qu’il dit le centurion à César !

7ème ligne, 2ème image : quand on meure, notre  » – – –  » s’envole … si on y croit ! 

8ème ligne, 2ème image : l’action au présent de l’indicatif ! 

9ème ligne,  3ème image : Eole est le dieu du  »  – – – – – » !   Dernière image : il ne faut pas prendre le grand !

11ème ligne, 3ème image : une partie d’un arbre !

Dernière ligne, avant dernière image: quand son nez s’allonge, il  »  – – – – « 

 Et pis c’est tout !

Allez, au boulot , et il ne faut pas couler ! C’est du Rotpier cousu main !

 

Réponse :

Ceux qui croient que Coco Chanel était une espionne russe qui avait traversé la Manche à la nage en enlevant sa petite robe noire se trompent lourdement !   

 

Qu’il dit l’animal !

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | 4 commentaires

Léo Ferré :  » La mémoire et la mer  » … Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

« Léo Ferré »

 

«  La mémoire et la mer »

Que dire ? Rien, écouter et se laisser bercer par

la voix, la musique et les paroles …

.

LA MÉMOIRE ET LA MER

La marée je l’ai dans le coeur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite soeur
De mon enfant et de mon cygne
Un bateau ça dépend comment
On l’arrime au port de justesse
Il pleure de mon firmament
Des années-lumière et j’en laisse
Je suis le fantôme Jersey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en baisers
Et te ramasser dans ses rimes
Comme le trémail de juillet
Où luisait le loup solitaire
Celui que je voyais briller
Aux doigts du sable de la terre

Rappelle-toi ce chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps-là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me souviens des soirs là-bas
Et des sprints gagnés sur l’écume
Cette bave des chevaux ras
Au ras des rocs qui se consument
Ô l’ange des plaisirs perdus
Ô rumeurs d’une autre habitude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu’un chagrin de ma solitude

Et le diable des soirs conquis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des paradis
Dans le milieu mouillé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens violon des violonades
Dans le port fanfarent les cors
Pour le retour des camarades
Ô parfum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j’allais géométrisant
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désordre de ton cul
Poissé dans les draps d’aube fine
Je voyais un vitrail de plus

Et toi fille verte mon spleen

Les coquillages figurants
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tant
Qu’on dirait l’Espagne livide
Dieu des granits ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s’immiscer
Dans leur castagnette figure
Et je voyais ce qu’on pressent
Quand on pressent l’entrevoyure
Entre les persiennes du sang
Et que les globules figurent
Une mathématique bleue
Dans cette mer jamais étale
D’où nous remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles

Cette rumeur qui vient de là
Sous l’arc copain où je m’aveugle
Ces mains qui me font du flafla
Ces mains ruminantes qui meuglent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un mendiant sous l’anathème
Comme l’ombre qui perd son temps
À dessiner mon théorème
Et sur mon maquillage roux
S’en vient battre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue aux musiques mortes
C’est fini la mer c’est fini
Sur la plage le sable bêle
Comme des moutons d’infini
Quand la mer bergère m’appelle

Bon partage !

 

Rotpier

Publié dans Les chansons et les musiques que j'aime | Tagué , , | 6 commentaires

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d’humour à plumes !

 

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

 

Signature Rotpier

 

… Je vous chouette une bonne distraction

… et une bonne journée !

Publié dans Humour, Les chouettes Chouettes du Rotpier, Pensées, Politique | Tagué , , , , | 4 commentaires

Le poème non siliconé du jour:  » L’emprise du mammaire sur le maire,  » de … Rotpier !

Image du net

 

L’emprise du mammaire sur le maire,

ou

Une affaire bien en main,

 

Elle avait décidé un jour

de séduire le nouveau maire,

elle connaissait son affaire,

pour elle c’était du velours !

 

Elle avait collé sans détour

ses protubérances mammaires

– chose pas très protocolaire ! –

sous ses yeux et c’était du lourd !

 

Sans opposer de résistance

il s’écria « mais c’est Byzance ! »

et il la suivit dans son lit !

 

Pour lui montrer son savoir-faire

elle prit sans à priori

bien en main les choses du maire !

 

               Résultat :

Ah ! Que c’est bon lui dit l’édile,

j’aurais été un imbécile

de refuser pareil cadeau :

ton corps est un eldorado !

 

Plutôt que de gérer la ville

avec tous ces gens versatiles,

je vais donner ma démission

pour assouvir notre passion !

 

Ce n’était pas qu’une promesse,

il quitta de façon expresse

sa charge de premier élu !

 

Bien sûr il y eu des commères

pour parler d’histoire de cul

… ce qui fit rire l’ex-maire !

 

             Epilogue :

Et ils eurent beaucoup d’enfants

même que l’un devenu grand

s’empara du fauteuil de maire

à la grande joie de son père !

 

Sa mère lui dit « Bien mon grand,

je trouve cela épatant

mais je vois que ta secrétaire

est bien dotée coté mammaire !

 

Cela ne m’étonnerait pas

qu’en voyant de pareils appas

tu laisses tomber la mairie ! »

 

Et sa mère avait bien raison,

pour s’occuper de l’égérie

il rédigea sa démission !

 

          Moralité :

Que l’on soit curé ou bien maire,

on ne peut pas tout assumer :

sa charge et aussi s’occuper

de tout ce qui touche au mammaire !

 

On se défroque, on démissionne,

et l’on passe de Saints à seins,

de l’écharpe aux tentant tétins

… pour les beaux yeux d’une mignonne !

 

Certains ne suivent pas l’adage,

ils font les deux chose à la fois,

je suis peut-être un pisse-froid

mais je dis : «  C’est du bricolage ! »

 

                                                             Rotpier

 

Publié dans Humour, Poésie, Poésie-humour | Tagué , | 2 commentaires

Rébus : réponse au petit rébus dominical de … Rotpier !

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d’avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Résultat de recherche d'images pour "émoticônes"

Et pis c'est tout Rotpier

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Le petit rébus dominical de … Rotpier !

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

rebus 324 (1)

rebus 324 (2)

rebus 324 (3)

Petite aide au rébus

(les champions s’en passeront !) :

C’est un rébus tout mignon … ce qui n’est pas dans les habitudes du Rotpier !

1ère ligne,   3ème image :  une sale bête qui adore les têtes  ! 

2ème ligne, 1ère image : celui-ci est de gare … OK ?  Dernière image : il ne faut pas prendre le mou ! 

3ème ligne, dernière image : c’est le volume qu’il faut retenir !

4ème ligne, 1ère image : c’est la position qu’il faut retenir !  4ème image : représente une des 4 saisons avec ou sans Vivaldi ! 

6ème ligne, 1ère image : 0,5 Km / h , c’est très   »  – – – –  »  !  Dernière image : celui-ci est de montagne ! 

7ème ligne, 2ème image : en direct  » ti « !  

8ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours  « s  » !

9ème ligne, 2ème image : 5 ct d’euro ce n’est pas grand chose mais un  » – – –   » c’est un  »  – – –  »  !   3ème image : Eole est le dieu des  »  – – – – –  » !   Dernière image : il ne faut pas prendre le grand !

1oème ligne, 1ère image : c’est la marque qu’il faut retenir, hein mes p’tits bouts ! 2ème image : le petit de la biche … ça biche pour vous ?  3ème image :  » – – –  » est ce personnage ?

11ème ligne, 1ère image : le produit du vers du mûrier ! 

Allez, au boulot , il est long mais mignon … comme le Rotpier ! 

 

Et pis c’est tout !

 

Réponse :

Quand un pou pond quelle est la durée de l’incubation ? Est-elle rapide ou lente? C’est la question que se posent souvent les petits enfants qu’ils soient papous ou pas !

 

Je vous avais bien dit que c’était mignon ! 

 

Qu’il dit l’animal !

Publié dans Humour, Pensées, Rébus | Tagué , , , | 6 commentaires